Magnésium

samedi 22 décembre 2007
par  jp.ceria
popularité : 5%

Le magnésium est un oligo-élément chimique essentiel pour certaines réactions dans l’organisme, en particulier les réactions qui donnent de l’énergie.Il participe à des réctions essentielles par rapport au métabolisme des protéines, des lipides et des glucides. Son rôle de régulation dans les transferts ioniques au niveau de la membrane cellulaire est essentiel.

Il participe à de nombreuses réactions enzymatiques. Son importance physiologique n’est ­plus contestée aujourd’hui, et c’est pourquoi un déficit en magnésium peut générer des perturbations au sein de notre organisme. Son déficit peut entrainer certains troubles fonctionnels, tels de la fatigue, des tremblements, des palpitations…

Un apport équilibré en magnésium est donc ­indispensable.


Le magnésium est impliqué dans les productions d’énergie de l’organisme. Cet élément peut se lier directement avec un grand nombre d’enzymes pour les activer. On considère que le magnésium est indispensable à l’activité de plus de 300 enzymes.

Par exemple, l’ATP [1], est le substrat énergétique de la cellule, et ne peut libérer son énergie que s’il est en présence de Magnésium.

D’autre part, le magnésium a un rôle stabilisateur des membranes cellulaires et des membranes des "organites" intracellulaires en se liant avec les phospholipides [2] de ces membranes.

Enfin, c’est un régulateur des mouvements et de l’équilibre ­d’autres éléments comme le potassium, le sodium, le calcium, entre les cellules et les liquides extracellulaires.

Par exemple, le magnésium régule les mouvements du calcium : il intervient sur le système de transport transmembranaire du calcium et à l’intérieur de la cellule, il intervient sur les mouvements calciques au niveau des organites intracellulaires.

 <a name="Magnesium-et-etudes"></a> Magnésium et études épidémiologiques <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Plusieurs études épidémiologiques ont montré qu’une fraction importante de la population a des apports insuffisants [3] de magnésium.

L’étude SUVIMAX a montré que plus de 20 % de la population française ne reçoit pas assez de magnésium.

 <a name="Magnesium-et-culture-occidentale"></a> Magnésium et culture occidentale <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Avec le calcium, le magnésium est l’un des minéraux les plus connus du grand public. Si le calcium est lié à la “notion de statique” (la structure des os), le magnésium est lié au “dynamisme.” L’expression : « je suis fatigué(e) ! Je dois manquer de magnésium… » est bien connue et donne l’impression que cet oligo-élément peut guérir tous les maux. S’il n’en reste pas moins vrai que le magnésium est un élément qui intervient dans la plupart des grands systèmes physiologiques de notre organisme, il est évidemment excessif de considerer le magnésium comme le grand responsable. D’autres causes (fonctionnelles, organiques) peuvent être la cause d’asthénie.

 <a name="Symptomes"></a> Symptômes <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

On distingue deux types de carences :

Les carences avec hypomagnésémie biologique modérée ou sévère. Elles sont rares et généralement elles sont associées à des maladies graves ou à des déséquilibres nutritionnels sévères chez les personnes agées. Également elles peuvent être dues à la prise de diurétiques [4]. Les manifestations de l’hypomagnésémie peuvent être les suivantes :
- troubles du métabolisme du calcium : signes osseux et risque d’ostéoporose. Le manque de magnésium entraine une hypocalcémie.
- troubles neuromusculaires : signe de Chvostek, signe de Trousseau [5], tremblements, faiblesse musculaire, fasciculations, crises tétaniques, ataxie, hyper-réflexivité,
- troubles psychiques (irritabilité, insomnie)
- troubles cardio-vasculaires gravissimes : tachycardie, troubles du rythme (arythmie, torsades de pointe) parce que la chute du magnésium entraine une chute du potassium.

Les carences sans hypomagnésémie biologique. Elles sont généralement liées à des apports nutritionnels insuffisants ou liées à un terrain prédisposé. Elles sont souvent ignorées du corps médical puisque la biologie est normale [6]. Elles sont souvent évoquées dans les états dits de « spasmophilie, dont les symptômes se rapprochent de certaines formes modérées des troubles anxieux généralisés. Ces carences marginales sont très fréquentes. Quels sont les symptômes de ces carences à « biologie normale » ?

  • Le déficit magnésique chronique chez l’adulte provoque une hyperexcitabilité nerveuse qui associe des symptômes neuromusculaires centraux et périphériques analogues à ceux de spasmophilie.
  • L’atteinte des centres nerveux donnent : stress, fatigue, insomnie, maux de tête, vertiges, hyperémotivité, anxiété, « boule » dans la gorge, « nœud » à l’estomac, douleur précordiale, respiration « bloquée ».
  • L’atteinte du système nerveux périphérique : dysesthésies, crampes ou douleurs musculaires localisées, des contractures, des troubles fonctionnels cardiaques (précordialgies, palpitations), vasculaires (pâleur, bouffées vasomotrices), des troubles digestifs (météorisme, colopathie spasmodique, dyskinésie biliaire), peuvent se voir également une dyspnée et des troubles trophiques au niveau de la peau.
  • Les crises de tétanie aigues sont beaucoup plus rares que les crises nerveuses de type névrotique ou neurovégétatif.

 <a name="Traitement"></a> Traitement <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Une cure de magnésium peut être envisagée sur une période de 4 à 12 semaines.

En complément d’une amélioration de l’alimentation qui privilégiefruits, légumes et céréales de bonne qualité.

Un traitement sous forme d’oligothérapie ne correspond pas à une supplémentation et doit être suivi sur plusieurs mois.


[1] acide adénosine triphosphate

[2] acides gras

[3] apports nutritionnels conseillés (6 mg/kg/j)

[4] dans le cadre d’un traitement contre l’hypertension ou d’un régime amaigrissant

[5] Il s’agit de signes obtenus avec un marteau à réflexes sur certaines zones du corps

[6] Or, les normes biologiques sont des moyennes générales d’une population donnée ; la norme d’une personne peut être différente supérieure ou inférieure.

Les tests biologiques donnent des résultats inconstants et sont souvent normaux. Un dosage de magnésium bas indique bien sur un déficit, mais une magnésémie dans des valeurs physiologiques ne signifie pas absence de carence.

En effet, un déficit intracellulaire peut être présent alors que le magnésium sanguin est normal. En pratique, après supplémentation orale pendant plusieurs semaines, le rétablissement de la magnésémie, si celle-ci était faible, de la magnésurie et la disparition des symptômes cliniques associés permettent de confirmer le diagnostic du déficit magnésique chronique.


Commentaires

Logo de Gaël
mardi 16 septembre 2014 à 16h53 - par  Gaël

Encore un point de vue original ! D’où vous viennent toutes ces infos ? Il est si rare de découvrir des actualités intéressantes on line. Comment faire pour vous parler ? :-)

Gaël

Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

Doctoralia

Dr Jean Pascal Ceria sur Doctoralia

HONcode

Ce site refuse de cautionner le label HONcode
Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

PlanetHoster

Solutions Hebergement

Trustmarker


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

10 septembre 2009 - Situation de l’épidémie en France début septembre

Dynamique de l’épidémie En France métropolitaine, la circulation du virus A (H1N1) s’intensifie. (...)

29 août 2009 - Situation en France pour l’épidémie de grippe H1N1

Chiffres au 25 aout 2009 en France métropolitaine : 1 décès d’un malade porteur du virus A (H1N1) (...)