Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/piliersn/public_html/config/ecran_securite.php on line 252
Troubles de l'appétit chez l'enfant - Les 5 PILIERS

Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/piliersn/public_html/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 306

Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/piliersn/public_html/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 312

Troubles de l’appétit chez l’enfant

dimanche 13 septembre 2009
par  jp.ceria
popularité : 21%

Nombre de parents s’inquiètent parce que leur enfant ne « mange pas assez ». Beaucoup de parents restent avec le fameux cliché de l’enfant qui, pour prendre du poids et grandir, doit grossir et donc avoir un gros appétit.

Tout d’abord pas d’inquiétude !


 <a name="Courbe-de-poids"></a> Courbe de poids <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Pour le médecin, le premier élément à considérer est l’évolution de la courbe du poids et de la taille : c’est un élément essentiel pour comprendre s’il est nécessaire ou non de s’inquiéter et de considéer d’éventuels examens par un manque soudain ou d’appétit ou un petit appétit chronique.

Il faut bien comprendre que le métabolisme chez l’enfant est individuel et est très variable même au sein d’une fratrie ; d’autre part comprendre que l’appétit est la conséquence d’une régulation hormonale et neurologique très complexe. Ce n’est pas un phénomène physiologique qui se régule jour par jour, mais un équilibre qui se régule sur une longue période.

Une courbe de poids harmonieuse peut avoir une évolution légèrement en « dent de scie » mais l’important est l’absence de « cassure ».

Une cassure correspond toujours a un événement physique ou psychologique dans la vie de l’enfant ou à une anomalie biologique qui doit alors être impérativement recherché.

 <a name="Petits-et-gros-mangeurs"></a> Petits et gros mangeurs <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Comme chez l’adulte il existe des enfants petits mangeurs alors que d’autres (même dans la fratrie) peuvent être de gros mangeurs.

Les métabolismesindividuels sont tous différents (en naturopathie, on parle généralement de terrain) et il est strictement inutile de forcer l’enfant a manger plus qu’il ne le désire.

L’inquiétude des parents est dans la majorité des cas totalement illégitime. Inutile de donner des substances ou des médicaments pour stimuler l’appétit, c’est une perte d’argent. Que les parents s’intéressent donc plutôt à la qualité de la nourriture plutôt qu’à la quantité. Une nourriture variée, bien composée, limitée en aliments industriels.

Que l’enfant mange peu ou beaucoup, il est en effet très important de donner des aliments de bonne qualité.

Les parents doivent être particulièrement vigilants afin de prendre certaines habitudes et à bannir certains aliments :
— Habituer l’enfant à une diversification de sa nourriture dès l’age de deux ans [1]
— absence de graisses hydrogénées (très présentes dans les biscuits industriels, les plats déjà préparés) : lisez les étiquettes !
— absence de sucre rapide : bonbons, glaces, crèmes et entremets doivent faire partis des aliments d’exception
— éviter les boites de conserves, les plats industriels préparés (type poissons panés) et les sauces industrielles (type ketchup - trop de sucres, ou mayonnaises - graisses hydrogénées.)
— limitation stricte des fritures
— interdire les fast-food : le macdo du samedi ou du dimanche est un comportement aberrant de la part des parents
— habituez l’enfant à manger des céréales complètes et du pain complet
— à la maison interdire les boissons sucrées industrielles : sirop, sodas et colas, etc… : boire de l’eau minérale. [2]
— Achetez des fruits et légumes frais que vous consommez rapidement.

 <a name="Gout-et-ambiance"></a> Goût et ambiance <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Vous trouverez probablement dans les lignes qui suivent la principale cause du manque d’appétit de l’enfant.

Quand je fait des visites à domicile, souvent je me déplace aux heures des repas, pouvant ainsi observer le contenu des assiettes et le cadre du repas. Cela mériterait un ouvrage à part entière !

Aussi, mettez-vous devant la possibilité de cette triste réalité : l’enfant a peut-être un mauvais appétit, tout simplement parce que la nourriture que vous lui présentez, il ne l’aime pas car tout simplement mauvaise voir repoussante !

Et oui ! Plutôt que de voir midi à 14 heures, comme une quelconque tragédie scolaire au sein de laquelle votre enfant est un martyr, réfléchissez donc à votre façon de cuisiner ! Plats insipides, nouilles qui collent, morceaux de viande ressemblant plus à du caoutchouc et baignant dangereusement dans une sauce gluante…. Quels délices [3] !

Reconsidérez simplement votre façon de cuisiner avant de consulter un médecin.

En ce qui concerne l’introduction d’un nouvel aliment, n’oubliez pas que le goût des aliments vient souvent de façon progressive : l’introduction d’un nouveau légume peut prendre du temps, beaucoup de temps. Présentez le nouvel aliment à l’enfant, s’il le refuse n’insistez pas trop, représentez-le à un autre repas et ne perdez pas patience, il est parfois nécessaire de faire une douzaine d’essais avant que l’enfant accepte le nouvel intrus !

Posez-vous aussi des questions quant à l’ambiance du repas et au cadre. Un repas devrait être vécu comme une fête, un jeu, un moment convivial. Une belle table, une assiette bien préparée (oui, votre enfant mérite plus qu’une pâté pour chien), sont essentielles.

Quand vous allez au restaurant, est-ce pour fuir les repas familiaux insipides et monotones ?

 <a name="Quelques-causes-du-manque-d"></a> Quelques causes du manque d'appétit <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

en dehors du métabolisme propre à l’enfant, et du manque de raffinement de votre cuisine, une perte d’appétit doit faire rechercher :
— un problème métabolique ou organique (diabète, problème de thyroïde, infection chronique orl, digestive, urinaire)
— un trouble psychologique : au sein de la famille, à l’école. Un choc affectif qu’il soit violent ou bénin va entrainer un trouble du comportement plus ou moins visible mais de toute façon va se répercuter sur l’appétit et la courbe de poids.

Mais soyez sur qu’en dehors des troubles métaboliques ou psychologiques graves, un enfant ne se laissera jamais mourir de faim !

Enfin, il ne sert à rien de forcer l’enfant à manger surtout si vous êtes en cause : cela entrainera une situation conflictuelle et aggravera la relation de l’enfant avec ses parents. Un repas doit être un moment de plaisir pour l’enfant et non pas une corvée pour assurer sa croissance biologique.

 <a name="Conclusion"></a> Conclusion <script type="text/javascript"><!--
		document.write("<a href="#tdm" class="tdm"><img alt="Retour à la table des matières" title="Retour à la table des matières" src="plugins/auto/table_matieres/images/tdm.png" /></a>");
		--></script>

Un enfant qui n’a pas d’appétit correspond à des situations très diverses allant pour la plupart des cas à un simple changement du métabolisme basal jusqu’à des causes pathologiques fonctionnelles (plus rares) ou organiques (très rares). Pas d’inquiétude !
— pesez régulièrement votre enfant une fois par mois (avant trois ans) et tous les trois mois (à partir de trois ans) et regarder l’évolution de sa courbe de poids sur son carnet de santé
— posez-lui des questions concernant son manque d’appétit ;
— demandez-vous s’il reçoit l’affection suffisante dont il a besoin. consulter le médecin de famille si vous êtes vraiment inquiet et si vous ne retrouvez pas de cause évidente
— souvenez-vous que votre enfant est peut-être un petit mangeur : l’appétit est fonction du terrain.
— N’oubliez pas que chez le jeune enfant : un repas doit être vécu comme un jeu ! Enfin (et souvent même en première intention), n’oubliez pas de remettre en cause vos talents culinaires.

Bon appétit !


[1] avant deux ans, il est nécessaire d’éviter les aliments à fort risque allergique, comme par exemple le blanc d’œuf, certains fruits oléagineux comme les cacahuètes

[2] Une excellente eau est la Badoit : un verre par jour contient la quantité de fluor nécessaire pour la dentition. Le gaz est néanmoins un problème, mais il suffit d’ouvrir la bouteille un jour avant pour l’éliminer

[3] faites un test pour vous-même avec des pâtes : qu’avez-vous l’habitude d’acheter comme marque ? Lustucru ? Panzani ? Carrefour ? si, oui, achetez une fois une marque italienne artisanale comme Benedetto Cavalieri et vous comprendrez !


Annonces

HONcode

Ce site refuse de cautionner le label HONcode
Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

PlanetHoster

Solutions Hebergement

Trustmarker


Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur